Saint-étienne : Investir à Saint-Étienne

Cela se confirme, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui désirent revenir dans le centre ville de Saint-Etienne: investisseurs, jeunes couples ou retraités. Il se passe des choses du côté de Saintétienne : la ville ne semble plus condamnée à perdre des habitants, mais au contraire, un mouvement inverse est en train de se dessiner. Audrey Farge, la chargée de commercialisation de la société Fontvieille Grosjean Investissements, parle même d’un véritable « engouement pour le retour au centre-ville ». Elle en veut pour preuve la forte demande – qui va crescendo – de logements neufs.


Programmes neufs


De nombreux projets sortent de terre, ou sont dans les cartons, par exemple du côté de la gare de Châteaucreux ou du quartier de Monthieu, avec la construction prévue d’un grand centre commercial. « Pour notre part, explique Audrey Farge, nous avons trois programmes, un sur la colline de Bel-Air (entièrement vendu ou achevé), et deux autres en cours de réalisation, rue Franklin et place Jean-Moulin. » Les investisseurs sont à la pointe du mouvement, ils reviennent eux aussi en plus grand nombre. « Ils achètent du studio à l’immeuble entier, commente Leonel Vieira, PDG de l’agence Neyret Immobilier, attirés par des taux de rentabilité bruts élevés oscillant de 7 à 10 %. Ils représentent aujourd’hui entre 35 et 40 % de notre clientèle. »

Une clientèle plus jeunE

« Il y a également l’arrivée d’une clientèle plus jeune, plus citadine, analyse Christophe Mure, le président de Cabinet Delomier, citant des gens qui désirent se loger à moindre coût et profiter de l’animation de la ville. Nous assistons aussi au retour de nombreux retraités, qui ne souhaitent plus tondre le gazon et qui veulent se rapprocher des commodités du centre-ville. Ce mouvement s’accélère probablement du fait de l’évolution de la pyramide des âges. » Ces personnes plus âgées sont souvent à la recherche d’un logement neuf – mais l’offre est encore limitée, avec les meilleures prestations, et elles sont prêtes à y mettre le prix. Cette évolution tient en fait à deux facteurs : les villes de la périphérie ont imposé des quotas de construction – un nombre limité de permis de construire chaque année – et une plus grande attractivité de Saint-étienne, qui se modernise et change peu à peu de visage.


Source: Logic-Immo